Blog

eczema allergie pollens

Eczéma et allergie saisonnière aux pollens : faisons le point

Le printemps pointe enfin le bout de son nez, hourra ! Finis les problèmes de sécheresse cutanée aggravés durant la saison hivernale. Place aux beaux temps et aux plaisirs de profiter de l’air extérieur. Ne nous réjouissons pas trop vite, la saison printanière est aussi le moment où d’autres facteurs allergènes ou irritants entrent en jeu et peuvent vous provoquer des poussées d’eczéma : le soleil, la chaleur, mais aussi l’arrivée du pollen.

Quels sont les symptômes d’une allergie au pollen ? Quels types de pollens provoquent ce type d’allergie ? Quel est le lien entre eczéma et allergie aux pollens ? Quelles complications le pollen provoque-t-il quand on est touché par une des nombreuses formes d’eczéma ? Dans cet article, nous faisons le point sur l’eczéma et l’allergie saisonnière aux pollens. Enfin, nous vous inviterons à suivre quelques conseils pratiques pour réduire le risque d’exposition pollinique pour passer un printemps en toute quiétude.

Qu’est-ce qu’une allergie aux pollens ?

Une allergie au pollen, également appelée pollinose, est une réaction du système immunitaire (réaction des anticorps) de l’organisme provoquée par des substances dites allergènes, à savoir différents types de pollens (pollens d’arbres, de graminées et d’herbacés), au contact des muqueuses oculaires, nasales et bronchiques, touchant environ 20 % de la population occidentale.

Plusieurs facteurs entrent en compte et favorisent les allergies au pollen : le climat, la zone géographique, la pollution atmosphérique qui peut en intensifier les symptômes, mais également des prédispositions génétiques (le risque d’allergie augmente de 30 % si l’un des deux parents est allergique aux pollens, 60 % si les deux parents sont allergiques)… En somme, des facteurs de risque qui ressemblent forts à ceux de l’eczéma atopique.

Quels sont les symptômes d’une allergie au pollen ?

L’allergie au pollen se traduit par des symptômes saisonniers, correspondant à la prolifération du pollen pour lequel vous êtes allergique :

  • Picotement des yeux, yeux rouges
  • Éternuements à répétition
  • Écoulement nasal (de couleur claire, contrairement à un rhume traditionnel où il sera plus foncé)
  • Une fatigue importante

Une allergie au pollen peut provoquer d’autres manifestations cliniques : un urticaire, un eczéma, une conjonctivite, ou un asthme allergique.

Comment diagnostiquer une allergie au pollen ?

Concernant le diagnostic, celui-ci peut s’avérer complexe car la réaction allergique peut être provoquée par différents types de pollens. Une solution : le test cutané. De la même manière selon laquelle vous réalisez ce type de test en consultant votre médecin-allergologue pour identifier les allergènes responsables d’un eczéma de contact ou d’une dermatite de contact allergique (acariens de la poussière, mais également d’autres substances susceptibles de provoquer un eczéma des mains de type allergique ou un eczéma du visage), le test cutané peut être utile pour diagnostiquer votre allergie au pollen. Un bilan sanguin peut aussi compléter le diagnostic.

Comment traiter une allergie au pollen ?

Les symptômes de l’allergie sont traités par les anti-histaminiques, en comprimés, mais aussi en spray nasal (pour les rhinites), ou en collyre (pour les manifestations oculaires). Les anti-histaminiques utilisés actuellement sont dit de deuxième génération, et n’entraînent plus de désagréments tels que la somnolence comme ceux de première génération. Ces médicaments empêchent la libération de l’histamine, qui est libérée lors de la réaction  immunitaire à l’allergène, et qui est responsable des symptômes de l’allergie. Les corticoïdes peuvent aussi être utilisés pour calmer l’inflammation (sous forme de crèmes dermocorticoïdes, ou d’inhalateurs pour l’asthme,  en spray nasal pour les rhinites ou en collyre pour les conjonctivites).

Si les symptômes sont trop gênants, la désensibilisation, aussi dénommée immunothérapie allergénique (ITA) est un type de traitement prescrit par les allergologues, administrable chez les enfants à partir de cinq ans et les adultes. Ce traitement consiste à prendre chaque jour, sous forme de médicament, une faible dose du ou des pollen(s) auquel(s) vous êtes allergique. Il faut bien sûr identifier en amont le type de pollen causant votre allergie avant de commencer ce type de traitement.

L’exposition aux pollens, élément déclencheur d’un eczéma atopique

Allergie aux pollens et eczéma, finalement quel est le lien ? On peut parfaitement être allergique aux pollens et ne pas développer de signes d’eczéma. Néanmoins, les pollens sont un des facteurs déclenchant de crise d’eczéma atopique comme peuvent l’être les poils d’animaux ou la chaleur estivale.

Une étude clinique publiée dans le National Library of Medicine, s’appuyant sur un essai randomisé en double aveugle, contrôlé par placebo, confirme cette relation entre exposition aux pollens et eczéma atopique. En exposant les sujets de l’étude atteints de dermatite atopique à des pollens de graminées, les chercheurs ont constaté une aggravation de leurs symptômes cutanés : démangeaisons et lésions cutanées.

On ne parle alors pas alors d’allergie aux pollens, déclenchant un eczéma atopique mais plutôt d’une hypersensibilité de la peau atopique, une peau particulièrement sensible aux facteurs environnementaux, comme les pollens, déclenchant alors la réaction inflammatoire et les symptômes de l’eczéma atopique (rougeurs, prurit, lésions de grattage, etc). Les pollens peuvent en être la cause, cependant ce n’est pas forcément le cas de toutes les personnes souffrant d’eczéma atopique.

L’asthme, l’eczéma atopique et le rhume des foins, différentes expressions d’un même terrain : l’atopie.

L’asthme, l’eczéma atopique et le rhume des foins (rhinite allergique) sont toutes les expressions symptomatiques d’un seul et même élément : l’atopie. On parle alors de marche atopique, un terme qui désigne les différentes maladies atopiques survenant de façon chronique au fil des années. Chronologie plutôt stéréotypée, la dermatite atopique apparaît généralement chez le nourrisson, ensuite vient l’asthme chez l’enfant âgé entre 2 et 4 ans, puis la rhinoconjonctivite allergique, dernière affection qui va toucher la santé d’un patient atopique.

Eczéma et allergie aux pollens sont finalement « cousins » de l’atopie, l’un peut être l’élément déclencheur de l’autre mais toutes les personnes atteintes d’eczéma atopique ne sont pas forcément sensibles aux pollens.

Nos conseils pratiques pour se protéger du pollen quand on est atteint d’eczéma

Vous voulez vivre un printemps serein ? Suivez nos quelques conseils pratiques, qui vous aideront à éviter une poussée d’eczéma, si pour vous, la période de pollinisation s’avère être un facteur déclencheur de votre maladie de peau.

  • Premier conseil, et pas des moindres : avant de sortir prendre l’air, consultez régulièrement les bulletins d’alertes sur votre smartphone via l’application « Alertes Pollens » ou directement sur le site du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), un organisme qui publie régulièrement des bulletins d’informations sur les risques d’allergies aux pollens, régions par régions.
  • évitez surtout de pratiquer un sport en plein air en période de forte pollinisation : l’hyperventilation va entraîner une exposition  encore plus forte aux pollens !
  • Aérez votre intérieur tôt le matin, une période durant laquelle les pollens sont moins présents.
  • Covid-style, portez un masque voire des lunettes protégeant vos yeux quand vous sortez et qu’il y a un risque accru d’exposition aux pollens.
  • Si vous semblez particulièrement sensible aux pollens et que vous avez un jardin, ne vous lancez pas dans la tonte de la pelouse, déléguez plutôt cette tâche, santé oblige.
  • Lorsque vous êtes sur la route, pensez à fermer les fenêtres de votre voiture (la climatisation devient alors votre meilleur allié)
  • Autre conseil automobile : changez régulièrement le filtre d’habitacle ou filtre de climatisation qui vous protège des agressions extérieures comme le pollen.
  • Quand vous sortez et que le taux de pollen est particulièrement élevé : lavez-vous les cheveux dès votre retour à la maison et pensez à changer de vêtements.
  • Dernier conseil : en plus d’opter pour des matières douces pour votre linge de maison ou vos habits, des matières qui ne vous irriteront pas, ne faites pas sécher votre linge à l’extérieur… en effet, c’est la crise d’eczéma presque inévitable si vous êtes allergique au pollen !

Eczéma et allergie aux pollens, ce n’est pas une fatalité ! Vous souhaitez échanger avec d’autres personnes qui vivent le même quotidien que vous ? Pourquoi alors ne pas adhérer à notre association de patients souffrant d’eczéma ? En quelques clics, c’est facile !

ÉVÉNEMENT

La Journée Nationale de l'Eczéma est annoncée !

Suivez-nous et rejoignez-nous le 4 juin 2022 pour une journée d'échanges, d'événements ludiques et de sensibilisation !
En savoir plus
close-link