Blog

eczéma rentrée stress

Eczéma et stress de la rentrée scolaire : faisons le point

Ça y est, c’est la rentrée ! Le bonheur pour certains, quand pour d’autres, cette rentrée scolaire ou universitaire est une véritable source de stress. Comment faire alors pour atténuer le stress la veille de la rentrée ? Quels réflexes adopter pour votre peau pour bien commencer son année scolaire ? Faisons le point sur l’eczéma et le stress de la rentrée scolaire.

Le stress est un facteur déclencheur de crises d’eczéma atopique comme de nombreuses autres émotions

Le-saviez-vous ? Le stress, comme la colère et l’angoisse, sont des facteurs déclencheurs de vos poussées d’eczéma. La relation entre l’eczéma et les émotions est double, entraînant un véritable cercle vicieux pour votre peau. Concrètement, vous, ou votre enfant êtes stressés par la rentrée, ce qui va potentiellement déclencher une poussée inflammatoire. Dans le même temps, l’eczéma est une maladie de la peau qui a un réel impact sur les émotions, avec des répercussions émotionnelles nombreuses et un risque encore plus accru d’avoir de nouvelles poussées !

Étude ECLA junior de l’Association Française de l’Eczéma : zoom sur l’impact de la dermatite atopique sur l’enfant et la famille

Avoir de l’eczéma atopique quand on est enfant est un facteur de stress avant la rentrée des classes et surtout après une longue période estivale à se dépenser et à penser à autre chose. Entre le sentiment d’exclusion voire de stigmatisation de la maladie face à ses autres camarades, votre enfant subit sa maladie autant physiquement que psychologiquement. C’est en tout cas ce que soutient notre dernière étude ECLA Junior, portant sur l’impact de la dermatite atopique sur l’enfant et la famille.

Eczéma de l’enfant et impact sur leur qualité de vie : quelques chiffres évocateurs de l’étude ECLA :

  • 10 à 15 % des enfants de moins de 10 ans souffrent de dermatite atopique.
  • L’eczéma rend triste 33% des enfants interrogés, et jusqu’à 69 % de ceux souffrant d’une forme sévère d’eczéma.
  • L’impact psychologique ne se limite pas à l’enfant ni à la seule période de la rentrée scolaire : tout au long de l’année, 24