Blog

eczéma mycose différences

Eczéma ou mycose : comment faire la différence entre ces deux maladies de peau ?

On peut les confondre mais pourtant ce sont bien deux maladies de peau différentes. Eczéma et mycose se ressemblent par leurs symptômes quasi similaires : rougeurs, boutons, plaques et démangeaisons. Comment reconnaître ces deux maladies qui vous causent tant de désagréments ? Comment les soigner ? L’Association Française de l’Eczéma fait le point sur les différences entre l’eczéma et la mycose. Une règle d’or avant de poursuivre la lecture : consultez votre médecin ou votre dermatologue, seul votre professionnel de santé vous apportera un diagnostic précis. Nous espérons néanmoins que cet article vous apportera suffisamment d’informations sur les différences entre l’eczéma et la mycose.

Eczéma ou mycose : quelles sont les principales différences ?

  • Qu’il soit atopique, de contact ou dyshidrosique, l’eczéma est une maladie de peau inflammatoire non contagieuse, contrairement à la mycose qui peut se transmettre (comme la mycose des pieds à la piscine publique).
  • L’eczéma peut être causé par un allergène (eczéma de contact), ou survenir en raison d’un terrain génétique prédisposant (le terrain atopique : qui entraîne une fragilisation de la barrière cutanée et une réponse immunitaire inappropriée). La mycose, elle, provient d’une infection fongique : c’est un petit champignon qui vient se multiplier sur les plis cutanés de votre peau, les ongles, le cuir chevelu voire les muqueuses (mycose de la bouche, mycose génitale).

Mycose cutanée : deux types de champignons provoquent des lésions cutanées semblables à l’eczéma

  • Les levures du type Candida (l’espèce la plus souvent en cause est le Candida albicans) : levure normalement absente sur la peau mais présente dans le tube digestif et les muqueuses génitales de la femme, sa prolifération est favorisée par certains facteurs : transpiration, humidité, mais également les traitements corticoïdes. Les lésions cutanées apparaissent généralement près d’orifice, comme les fesses de bébé qui sont atteintes dans la zone des couches et qui deviennent rouges. Des symptômes qui ressemblent à ceux de l’eczéma du bébé. Cependant, la localisation de la zone des couches, une partie du corps où la transpiration favorise le développement des champignons, devrait vous mettre la puce à l’oreille sur l’origine des pleurs de votre bout’chou.
  • Les dermatophytes : habituellement absents de la peau, quand vous êtes contaminé par cette forme de champignon, les zones touchées se situent au niveau de la peau, des poils et des ongles, mais jamais dans les muqueuses. Infectés suite au contact d’un animal, de la peau d’une personne touchée ou par un objet contaminé (peigne, chapeau), ce parasite incommodant va venir s’attaquer à votre kératine, une protéine présente dans la peau, les ongles et les cheveux. C’est ce type de champignon qui est à l’origine de la mycose du cuir chevelu, plus communément appelée teigne, provoquant des plaques rondes sur la peau formant ensuite en réaction des squames (c’est-à-dire que la peau va ensuite se décoller). Les symptômes de la teigne sont semblables à ceux de l’eczéma du cuir chevelu.

Eczéma de contact des mains VS mycose des ongles : quelles différences ?

  • L’eczéma ou dermatite de contact est un type d’eczéma provoqué au contact d’une substance allergène ou irritante, emballant ensuite le système immunitaire. L’allergène peut particulièrement être associé à une activité professionnelle : eau de javel, produits détergents, produits chimiques, etc. L’eczéma des mains ne va pas s’attaquer aux ongles mais il peut arriver à certaines personnes d’avoir les ongles déformés. C’est la conséquence de l’eczéma se développant sur le bout des doigts, touchant potentiellement l’ongle. Dès que l’allergène incriminé est découvert, la situation s’améliore rapidement.
  • La mycose des ongles, quant à elle, est une affection cutanée d’origine fongique qui va profondément détériorer vos ongles. Sans traitement, ils deviennent plus épais, virent au jaune ou au vert, et peuvent se désagréger.

Mycose ou eczéma ? Parfois l’un favorise l’autre

  • Comment distinguer une mycose d’un eczéma des pieds ? Eh bien, parfois le diagnostic est compliqué : tout d’abord, les symptômes sont similaires (rougeurs et sensations de démangeaison au niveau des pieds, vésicules) et pour compliquer le tout, dans certains cas, les mycoses peuvent entraîner une crise d’eczéma (par activation du système immunitaire), ou à l’inverse, une peau lésée par l’eczéma peut être un terrain favorable au développement de mycoses.
  • Idem pour la dyshidrose des mains (ou eczéma dyshidrosique) et l‘eczéma séborrhéique touchant le cuir chevelu : dans les deux cas, l’origine de ces deux formes d’eczémas reste encore obscure, mais il se pourrait que des champignons soient impliqué dans leur développement.

Comment faire pour se soigner, quand même les symptômes sont difficiles à différencier ? Consultez un professionnel de santé qui vous aidera à déterminer la cause qui déclenche vos symptômes. Suivant le diagnostic, un traitement différent sera adapté à votre cas.

Eczéma, mycose : quels traitements ?

  • L’eczéma se traite via des crèmes appelées dermocorticoïdes.  Quand l’eczéma est d’origine allergique, il faut également chercher le facteur à l’origine de l’allergie avec l’aide d’un allergologue.
  • Pour les mycoses, généralement le traitement est local. On parle de pommades ou de vernis antifongiques à appliquer sur la partie du corps affectée. Dans certains cas plus sévères ou s’il s’agit d’une récidive, votre médecin vous proposera un médicament à prendre par voie orale.

Comment savoir si l’on est atteint d’eczéma ou de mycose ?

Mycose ou eczéma ? Certains signes ne trompent pas :

  • Les plaques d’une mycose sont particulièrement typiques : elles sont arrondies, avec une bordure nette en arc de cercle, surtout celles de type dermatophytie. Les plaques d’eczéma n’ont pas forcément de formes particulières.
  • La mycose, contrairement à l’eczéma atopique, n’infecte qu’une seule partie du corps.
  • Les dermocorticoïdes se révèlent inefficaces sur vos plaques suintantes qui vous démangent ? C’est alors peut-être une mycose car les champions sont insensibles à ce type de traitement. Pire, les traitements dermocorticoïdes, qui sont anti-inflammatoires, peuvent favoriser la prolifération du champignon ! Alors on appelle son médecin et  on évite l’auto-médication !

Besoin d’en savoir plus sur l’origine de vos démangeaisons et de bonnes pratiques au quotidien pour bien vivre avec ? Partagez votre vécu en adhérant à notre association de patients. Ensemble, on devient plus forts !

ÉVÉNEMENT

La Journée Nationale de l'Eczéma est annoncée !

Suivez-nous et rejoignez-nous le 4 juin 2022 pour une journée d'échanges, d'événements ludiques et de sensibilisation !
En savoir plus
close-link