Nos conseils pour mieux vivre l’eczéma

Eczéma et wet wrapping : une prescription médicale pour soigner l’eczéma

L’eczéma et wet wrapping c’est littéralement « emballage humide », c’est une technique de soins locaux qui consiste en l’application de crème à la cortisone sous des pansements humides. Elle est  adaptée au traitement des formes sévères d’eczéma.

Cette technique de pansement traite rapidement et efficacement l’inflammation de la peau ainsi que les démangeaisons car elle potentialise l’efficacité des crèmes. Nous avons demandé à Ghislaine Labetoulle et Françoise Elan, infirmières au service de dermatologie du Chu de Nantes de nous expliquer en détail cette technique.

Mixer eczéma et cure thermale est une bonne initiative. Il existe deux sortes de cures thermales. La cure de 3 semaines, remboursée par l’Assurance Maladie  et les cures libres sans prise en charge par la Sécurité Sociale qui peuvent durer quelques jours seulement. Cette dernière...

Il existe une vingtaine de centres qui proposent de l’éducation thérapeutique en France pour soutenir les patients souffrant d’eczéma et leur famille, découvrez l’exemple de celle de Marseille.

Bonjour Isabelle, vous êtes infirmière et vous animez les ateliers d’éducation thérapeutique à l’école de l’atopie du Chu de Marseille. Parlez-nous un peu de votre parcours professionnel; comment en êtes-vous arrivée à animer des ateliers d’Education Thérapeutique pour l’eczéma et l’atopie ?

J’ai été diplômée en 1982 et j’ai d’abord exercé dans des domaines très « curatifs » que sont la réanimation et la chirurgie. Il y a 8 ans, j’ai démarré mon activité en Dermatologie, je m’occupe de la réalisation des tests allergologiques ; c’est dans ce contexte que les médecins m’ont proposé de faire de l’éducation thérapeutique pour des patients atteints d’eczéma au sein de l’école de l’atopie. Notre programme est autorisé et financé par les autorités de santé depuis 2010, et cela me permet d’agir davantage en « préventif », dans la gestion du quotidien.

Beaucoup d’entre nous s’inquiètent dès qu’on leur parle des dermocorticoïdes, que faut-il savoir sur ce traitement de la Dermatite Atopique?

Nous avons rencontré le Pr Jean-François Stalder du service de dermatologie du Chu de Nantes pour en savoir plus sur le traitement de la dermatite atopique et plus particulièrement sur les dermocorticoïdes. Il est important de ne pas confondre les corticoïdes que l’on avale et les dermocorticoïdes que l’on met sur la peau.

Quels sont les points qu’il faut absolument retenir sur ce traitement de la dermatite atopique?

 

1-L’inflammation de la peau lors d’une poussée d’eczéma doit être traitée sous peine de s’aggraver ou de se surinfecter

L’eczéma du visage peut prendre des formes variables, selon qu’on se place chez l’enfant ou chez l’adulte.

  • Le nourrisson : est atteint au niveau des convexités, c’est-à-dire des joues; à cet âge, les lésions sont très rouges, volontiers suintantes voire surinfectées.
  • L’enfant plus grand : l’atteinte des plis est majoritaire, ce qui va donc également concerner les plis du cou, parfois le visage au niveau des paupières. Le grattage intense peut entraîner un épaississement de la peau, on dit que la peau se lichénifie, elle prend également une couleur plus foncée, légèrement brunâtre.
  • L’adolescent et l’adulte : l’atteinte, parfois généralisée, du visage et du cou constitue la forme « Head and Neck Dermatitis », très invalidante au quotidien car très affichante.
  • L’atteinte des oreilles est également possible, notamment chez les femmes qui développent une allergie au nickel.

La peau d’un patient atteint d’eczéma est fragile et réagit très facilement aux agents extérieurs : froid, vent, irritants divers et variés… De plus, dans le cas d’un eczéma atopique, la peau est sèche de façon constitutionnelle, elle manque d’eau et de lipides.

Hydrater sa peau lorsque l’on a de l’eczéma permet de renforcer sa fonction barrière. Cela permet également de réduire la fréquence et l’intensité des poussées inflammatoires.

De nombreux enfants et les adultes atteints d’eczéma reconnaissent une relation entre les événements stressants de leur vie et  leurs poussées d’eczéma. La colère, la frustration, l’embarras et même un événement heureux peuvent provoquer des démangeaisons. Le grattage résultant peut entretenir une poussée, selon un véritable cercle vicieux. Les personnes atteintes d’eczéma doivent apprendre à éviter le stress. Deux concepts-clés sont impliqués:

  • Faire face aux événements stressants psychologiquement de la vie
  • Contrôler les crises de démangeaisons


Le défi est de profiter de faire une activité physique sans aggraver votre eczéma. Pour cela il est important de choisir une activité en fonction de l’état de votre peau. Privilégier par exemple un sport plus doux qui vous fera moins transpirer lorsque la peau est abîmée comme par exemple la marche. Alors que quand la peau sera redevenue saine, vous pourrez plus facilement pratiquer l’activité de votre choix (course, tennis, danse …).

Si repérer les déclencheurs potentiels est l’une des clés de la gestion de l’eczéma, cela ne doit pas vous empêcher de pratiquer les activités que vous aimez. Alors, une question se pose : comment éviter la surchauffe, pour ne pas entraîner une irritation et une poussée à cause de la sueur?

Le vent, le manque de soleil et surtout le froid entraînent une augmentation de la sécheresse de la peau et des phénomènes d’aggravation de l’eczéma. Les vêtements en laine provoquent des irritations cutanées, tandis que les vêtements trop chauds créent de la transpiration, laquelle peut faire « flamber » l’eczéma. Ainsi, de petites plaques d’eczéma peuvent devenir plus grandes et difficiles à traiter.