Blog

vivre son eczéma pendant l'automne

Eczéma : les défis de l’automne 

Eczéma : les défis de l’automne 

L’automne est arrivé, et si la fin de la saison des pollens est un soulagement pour certains patients atopiques, c’est aussi de nouveaux défis qui s’annoncent ! Températures instables, moins d’ensoleillement, fatigue, déprime… On vous donne nos astuces pour vivre au mieux ses journées d’automne avec son eczéma !

Eczéma et températures instables de l’automne

Une journée d’automne peut connaître des écarts de température très importants : froid de plus en plus intense le matin et les soir, avec des journées qui peuvent être encore chaudes si le soleil pointe le bout de son nez ! Ces écarts sont particulièrement difficiles à supporter pour les peaux atopiques très sensibles aux changements de températures : assèchement, échauffements, rougeurs… qui peuvent même aller jusqu’au déclenchement d’une crise d’eczéma ! Pour les éviter, il existe des solutions simples !

Comment s’habiller en automne

Tout d’abord, en automne, on s’habille en plusieurs couches, pour pouvoir en enlever et en remettre au cours de la journée.

On se couvre le matin et le soir quand le froid est plus vif, et on prévoit des gants pour les mains, particulièrement exposées. Les vêtements en contact direct avec la peau sont de préférable en matière naturelle et douce, qui laisse respirer la peau (coton, lin…). On évite les matières synthétiques à même la peau et sous un pull ! On évite également la laine à même la peau (attention aux gants et aux écharpes !) car c’est un irritant.

Et on n’hésite pas à se découvrir en cours de journée si la température remonte, pour éviter de transpirer. La transpiration est en effet également un facteur irritant, qui peut déclencher une crise d’eczéma.

Protéger sa peau atopique avec un bon émollient

L’eczéma se caractérise par une fragilité de la barrière cutanée, qui est comme poreuse, et rend la peau beaucoup plus fragile aux agressions extérieures. Il faut donc la protéger en toute saison, et encore plus quand  le froid s’annonce.

On protège donc sa peau en appliquant son émollient sur tout le corps quotidiennement, et sur le visage et les mains au moins deux fois par jour. La peau sera ainsi moins sensible aux variations de températures. L’automne, c’est la saison à partir de laquelle on peut passer aux émollients sous forme de baumes, plus épais et plus protecteurs que les crèmes ou les laits émollients.

En automne, il n’est pas rare de se retrouver sous des trombes d’eau ! Alors on prévoit toujours un tube d’émollient dans son sac pour pouvoir en réappliquer après s’être fait tremper. L’eau a en effet un fort effet desséchant sur la peau.

Dans la maison

En automne, les radiateurs reprennent du service, et avec eux, l’assèchement de l’air dans les habitations. Or, quand l’air est sec, la peau atopique (peau sujette à l’eczéma) s’assèche encore plus vite, car l’eau s’en échappe plus facilement.

La température idéale à maintenir dans maison est 19° dans les pièces à vivre et 17° dans les chambres à coucher, sauf si vous avez un nourrisson (dans ce cas, 22° dans les pièces à vivre et 18° à 20° dans la chambre). Cela évite d’assécher l’air, et de transpirer la nuit.

Et on n’oublie pas de continuer à aérer quotidiennement la maison, au moins pendant 10 minutes, pour évacuer les substances irritantes et allergisantes qui peuvent être en suspension dans l’air ambiant.

Sortir et chercher le soleil

L’automne peut être une saison qui prête au cocooning, à rester tranquillement chez soi avec un bon livre en regardant la pluie tomber… Ce qui peut être très bénéfique pour se reposer et apaiser le stress ! Mais on n’hésite pas également à profiter du moindre rayon de soleil et à sortir de chez soi pour des balades quand le temps s’y prête ! En automne, les températures ne sont plus caniculaires, et pas encore extrêmement froides, donc c’est une saison plutôt douce pour la peau, alors on en profite ! Une exposition modérée au soleil est connue pour améliorer les symptômes de l’eczéma. Il existe même un traitement à base de rayons  UV, la photothérapie, prescrite par les dermatologues pour les eczémas modérés à sévères quand les traitements locaux ne suffisent plus.

S’occuper de soi pour ne pas déprimer

L’eczéma est une maladie fatigante, stressante, qui peut faire vivre des montagnes russes émotionnelles. Or l’automne, avec les jours qui raccourcissent, la luminosité qui baisse, le froid et l’humidité qui s’installent, est une période propice à la fatigue et à la déprime également. Pour éviter de sombrer dans le spleen, on n’hésite pas à s’occuper de soi et à faire ce qui nous fait plaisir : voir des amis, faire des sorties culturelles, faire du sport, se détendre avec du yoga, de la sophrologie, cuisiner… Et si la déprime est tenace, on n’hésite pas à se faire aider par un psychologue. La déprime et l’anxiété sont le lot de près de la moitié des patients souffrant d’eczéma d’après des études récentes, elles sont légitimes et doivent être traitées.

Comprendre la dermatite atopique

Recevez votre BD sur la dermatite atopique

Si vous souhaitez recevoir notre bande dessinée pour adulte sur l'eczéma, n'hésitez plus !
COMMANDER
close-link