Blog

nouveaux traitements de la dermatite atopique

Les nouveaux traitements de la dermatite atopique

Certains patients ayant une dermatite atopique sévère peuvent parfois ne plus être soulagés par les dermocorticoïdes. Bonne nouvelle la recherche avance. Notre docteur en pharmacie nous fait le point sur les nouveaux traitements de la dermatite atopique.

 

« De nouveaux médicaments vont-ils sortir pour nous soigner ? », nous avions tendance à répondre : « Pas pour le moment… ».  Aujourd’hui la réponse est sensiblement différente. En effet, de nouveaux traitements pour la dermatite atopique sont sur le point de sortir ! C’est une bonne nouvelle quand on sait que de nombreux patients souffrent d’un eczéma sévère en situation d’impasse thérapeutique. Une révolution thérapeutique est en cours dans notre pathologie, à l’image de ce qu’a connu le psoriasis il y a quelques années. Une révolution marquée par l’avènement de nouveaux médicaments, essentiellement des biothérapies. Ces derniers sont des médicaments issus des biotechnologies qui ciblent avec précision une molécule ou un mécanisme, le plus souvent pour le bloquer et ainsi bloquer l’activité de la maladie en cause.

 

Les biothérapies injectables : nouveaux traitements pour la dermatite atopique !

Le dupilumab (Dupixent, laboratoire Sanofi) est la molécule la plus souvent évoquée. Il s’agit d’un anticorps monoclonal entièrement humain dirigé contre un récepteur spécifique et permettant d’inhiber les voies de signalisation de l’interleukine 4 (IL-4) et de l’interleukine 13 (IL-13). Ces deux interleukines sont des cytokines majeures impliquées dans la physiopathologie de la dermatite atopique. Le dupilumab s’administre par voie injectable sous-cutanée, chaque seringue préremplie en contient 300 mg. Le dupilumab est pour le moment indiqué chez l’adulte uniquement. Plusieurs centres hospitaliers français l’ont testé. Il a récemment obtenu une autorisation de mise sur le marché au niveau européen. En parallèle, le laboratoire Sanofi s’implique dans la prise en charge de la pathologie et propose notamment un site au titre si évocateur pour les patients : « Ma peau est une prison ». En tant qu’association de patients, nous avons pu participer à ce site et nous vous proposons d’aller y jeter un œil : http://www.mapeauestuneprison.fr/.

D’autres biothérapies sont en phase de test dans le traitement de la dermatite atopique. A savoir : le lebrikizumab, le fezakizumab, le tralokinumab et le némolizumab. Des noms certes un peu barbares pour les patients. Mais ils pourraient bien venir compléter l’arsenal thérapeutique dans quelques années.

 

Nouveaux traitements de la dermatite atopique de nouvelles molécules en cours d’expérimentation !

A côté des biothérapies injectables, d’autres molécules sont en cours d’expérimentation : par voie orale (baricitinibupadacitinibanti-H4R) ou locale (tofacitinib topique). Dans cette dernière catégorie, une pommade au crisaborole (Eucrisa, laboratoire Pfizer) est déjà disponible aux Etats-Unis. Le crisaborole est un inhibiteur de la phosphodiestérase 4, indiqué dans la dermatite atopique légère à modérée à partir de 2 ans.
Du fait du coût et du manque de recul, ces traitements innovants ne pourront s’envisager qu’en cas d’échec des traitements de référence. Ceux-ci comprennent dans un premier temps le recours ponctuel aux dermocorticoïdes en cas de crise et l’hydratation régulière de la peau entre chaque poussée. Mais pour de nombreux patients, ce traitement de base ne suffit pas. D’où le recours à des alternatives locales (anticalcineurines : uniquement la pommade Protopic en France), régionales (photothérapie), et systémiques (immunosuppresseurs). Mais là encore, de nombreux patients se retrouvent en situation d’échec. De leur propre aveu, ils ont « tout essayé » et en ont juste « ras le bol ». Pour tous ces patients en souffrance, les thérapies innovantes sont une réelle chance.

 

Que penser des nouveaux traitements de la dermatite atopique ?

L’Association Française de l’Eczéma est régulièrement sollicitée par les patients pour donner son avis sur les traitements. Ces nouvelles thérapies sont le fruit de longues années de recherche et de nombreux essais cliniques. Elles peuvent soigner des patients qui jusqu’à présent n’étaient soulagés par aucun traitement. Par contre, elles ne permettent toujours pas de véritablement guérir de cette pathologie. De plus, elles ne seront sans doute pas dénuées d’effets indésirables, comme tous les médicaments. Nous voulons rappeler aux patients que le suivi par le dermatologue est essentiel.

Article réalisé d’après la revue Réalités Thérapeutiques en Dermato-Vénérologie (cahier 2, n° 267, décembre 2017) et la participation de Reso eczéma. qui nous a également aidé à réaliser un épisode spécial pour notre websérie La Minute de l’Eczéma.

23 Commentaires

    • Julie

      mars 1, 2019 5:03

      L’eczéma atopique est une maladie chronique qui est faite de poussées régulières plus ou moins rapprochées en fonction de la sévérité de la maladie de chacun. Il n’est donc pas étonnant dans une maladie sévère que les poussées soient rapprochées.
      Le traitement par Dupixent permet de calmer l’inflammation de façon efficace mais peut être suspensif. Il n’existe pas d’accoutumance pour les traitements systémiques en règle général, si les plaques d’eczéma réapparaissent de façon importante, c’est qu’il existe soit un facteur aggravant à identifier, soit qu’il faut modifier le schéma thérapeutique.
      Il faut en discuter avec votre dermatologue pour adapter ou pas le traitement.

    • Julie

      mars 25, 2019 8:51

      Bonjour,
      En avez-vous parlé avec votre médecin? Il sera le mieux placé pour vous indiquer un traitement qui pourrait être compatible avec ça.
      Bon courage à vous.

Désolés, le formulaire de commentaire est fermé pour le moment

Abonnez vous à notre lettre d'informations
RESTONS CONNECTÉS

close-link